Que trouve-t-on à Hong Kong au pied des tours interminables ?



Des magasins qui vendent du poisson séché et des ailerons de requin. Les ailerons de requin se mangent en soupe (comme tout ici, me direz-vous...) qui coûtent relativement cher. Et quand on demande aux Hong Kongais ce que cette soupe a de si spécial, si le requin est siii goûteux, que répondent-ils ? Qu'ils ne savent pas, après tout, c'est une soupe et pour eux, toutes les soupes ont la même saveur (si de saveur on peut parler).



Des magasins vendant des nids d'oiseaux. Pour la douceur et la jeunesse de la peau des dames Hong Kongaises. A nettoyer dans l'eau froide, puis à bouillir avec du sucre; avant de s'en régaler.



Des restaurants à profusion avec vitrine plus qu'attrayante. Canard laqués, BBQ pork et autres délices...



Des magasins d'antiquité rivalisant d'originalité !



Des temples qui font de la résistance parmi les immeubles.



Des étalages de viande bien fraîche. "Qu'est-ce que je vous sers ma petite dame?" "Oh, le pied de cochon là tout en haut à droite fera bien l'affaire. Attendez, non, je vais plutôt prendre un peu de poumons. Oui, ça sera bon. Ajoutez-moi quatre pieds de poules, ce sera parfait !"



Des marchands de poisson tout aussi frais. (On ne saura pas si les poissonières crient aussi fort qu'en France, le bruit incessant de la vie hong kongaise ne m'a pas laissé percevoir ce doux appel à la consommation de produits de la mer.)



Des marchés abrités par des petites rues en pentes, où se mélangent toutes sortes de fruits, légumes, racines et que sais-je encore.