La Revanche d'Alex

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

1 an à Hong Kong

Une année d'expatriation à Hong Kong pour les études. Découverte de la ville, de ses coutumes et voyages en Asie.

Fil des billets - Fil des commentaires

Sous-catégories

Souvenirs graphiques


Quelques images de magazines de mon année d'expat...









Hong Kong Street Art

On my very last day in Hong Kong, I went to Causeway Bay to loof for some street art.
It is a nice way to see the city differently, you look at places you barely pay attention to otherwise. Here are some of the things I found:















Le festival des fantômes affamés !

BOUUUUH !

Cachez vous, ne sortez plus le soir ! Les portes de l'enfer se sont ouvertes à Hong Kong et les fantômes rôdent la nuit...

Lors du festival du Yue Laan (c'était pour dire, que vous sachiez le nom cantonnais), les ancêtres réapparaissent à la recherche de nourriture et autres biens qui pourraient leur être utiles dans l'au-delà chinois. Pour cela les gens (les petits vieux la plupart du temps) descendent dans la rue pour y bruler de la monnaie de l'enfer et toutes sortes de papiers représentant des biens nécessaires au fantômes.

Ils vont dans des magasins comme ceux là:



... pour y acheter vêtements, téléviseurs, voitures, jeux de mah jong, montres et bijoux en papier. Micro-ondes, cartables et appareil photos feront aussi l'affaire.
Soit les gens vont au temple pour y faire faire brûler tous leurs papiers (c'est à dire des sacs entiers) dans des fours tout spéciaux, histoire de pas trop mettre le feu à la ville.



Soit ils le font eux-mêmes au beau milieu de la rue dans un petit bidon, en brûlant de l'encens et en offrant des fruits, platée de riz, viandes et autres délectations qui resteront sur le trottoir je ne sais combien de temps...



Soit ils le font complètement à l'arrache, comme un feu de joie. Hop, là, on brûle nos papiers, on court après les cendres pour éviter de tuer les passants, et si ça devient sérieux, y'a toujours le seau d'eau à proximité. (J'ai l'air de rire comme ça, mais ça vole vraiment dans tous les sens ces petits papiers... et ils le font vraiment en pleine rue.)

Scènes de rue

Que trouve-t-on à Hong Kong au pied des tours interminables ?



Des magasins qui vendent du poisson séché et des ailerons de requin. Les ailerons de requin se mangent en soupe (comme tout ici, me direz-vous...) qui coûtent relativement cher. Et quand on demande aux Hong Kongais ce que cette soupe a de si spécial, si le requin est siii goûteux, que répondent-ils ? Qu'ils ne savent pas, après tout, c'est une soupe et pour eux, toutes les soupes ont la même saveur (si de saveur on peut parler).



Des magasins vendant des nids d'oiseaux. Pour la douceur et la jeunesse de la peau des dames Hong Kongaises. A nettoyer dans l'eau froide, puis à bouillir avec du sucre; avant de s'en régaler.



Des restaurants à profusion avec vitrine plus qu'attrayante. Canard laqués, BBQ pork et autres délices...



Des magasins d'antiquité rivalisant d'originalité !



Des temples qui font de la résistance parmi les immeubles.



Des étalages de viande bien fraîche. "Qu'est-ce que je vous sers ma petite dame?" "Oh, le pied de cochon là tout en haut à droite fera bien l'affaire. Attendez, non, je vais plutôt prendre un peu de poumons. Oui, ça sera bon. Ajoutez-moi quatre pieds de poules, ce sera parfait !"



Des marchands de poisson tout aussi frais. (On ne saura pas si les poissonières crient aussi fort qu'en France, le bruit incessant de la vie hong kongaise ne m'a pas laissé percevoir ce doux appel à la consommation de produits de la mer.)



Des marchés abrités par des petites rues en pentes, où se mélangent toutes sortes de fruits, légumes, racines et que sais-je encore.

Départ annoncé




- page 1 de 8